Jump to content

Interview de Bib Décembre 2020


Pour ce mois de décembre 2020, je vous propose de découvrir l'interview de Bib, l'un de nos amis du Québec. Il nous fait régulièrement visiter son beau pays grâce à ses belles photographies et participe activement à la vie du forum photo. 

Un grand merci à lui d'avoir accepté de répondre à mes questions. 

.............

Bonjour Bib. Tout d'abord, merci d'avoir accepté de participer à cette interview. Peux-tu te présenter à nous en quelques mots et nous expliquer l'origine de ton pseudo ? 

 

Bonjour Nikita,

Et bonjour chers amis photographes !

J’ai tout d’abord été surpris d’avoir été sollicité. Je ne suis pas certain de mériter cette attention. Mais comme j’ai été intéressé de lire les derniers participants, c’est avec plaisir que je suis ici pour cette entrevue ! C’est une belle initiative de nos webmestres ! 

J’ai travaillé 40 ans pour le même employeur. Essentiellement, c’était sur la route au service à la clientèle pour l’installation, la réparation et l’entretien d’appareils  électroniques de mesures industriels et commerciaux dans les usines de fabrication et de transformation de produits de consommation: industrie pharmaceutique, alimentaire, pétrochimie, minière, papetière, recyclage, etc... et dans l’industrie du transport. Mon travail m’a permis de sillonner la province de Québec de long en large, ce fut un vrai bonheur ! Je suis fait pour ce pays !

Jeune retraité, je vous assure que  ma première année de congé ne s’est pas passé comme prévu ! Ma douce et moi avons dû annuler en mai dernier, un voyage dans le sud de la France et le nord de l’Italie. Je regarde donc avec envie vos paysages ! Nous avons eu la chance de passer un peu plus de 15 jours en France en 2010. Vous avez un pays formidable avec une grande diversité culturelle. On gagne à y aller plusieurs fois ! Ce n’est que partie remise !

Je n’ai pas de mérite pour mon pseudo. Ce n’est pas moi qui l’aie choisi. Il me vient de mes amis d’enfance, mes chums comme on dit ici. À l’époque, on se donnait tous des diminutifs : Boubou pour Boudreault, Déro pour Desrochers, Thib pour Thibault... qui est mon nom de famille. Et j’ai eu Thib comme surnom pendant plusieurs années jusqu’à un certain soir, où on avait tous  un peu « la gueule carrée » ! On a la gueule carrée essentiellement pour deux raisons : il fait très froid et la mâchoire n’articule pas bien ( cela arrive quand on joue au hockey sur la patinoire extérieur par -20! ) , ou... on prend un ou deux verres de trop ! Ce soir là, il ne faisait pas froid, et  Thib est devenu Bib ! La même gang de chums ( ici, on emploi le féminin pour gang de chum  ) m’appellent encore ainsi aujourd’hui ! 

 

 Merci pour cette explication.   Depuis quand fais-tu de la photographie ? Comment t'es venue cette passion ? 

 

Sans trop le savoir, enfant, la photo m’intéressait. Je dévorais les beaux livres, m’attardant plus aux photos qu’aux textes. Les photos représentaient le monde à découvrir. J’adorais les couleurs, les animaux, les couchers de soleil, les palmiers au bord de la mer, les villes, etc…

Mon père ne connaissait pas la photographie, mais il avait souvent un appareil à la main aux moments importants de l’année ! Un Kodak Brownie d’abord, un Yashica 35 mm ensuite, et une ciné-caméra 8mm plus tard. À ce moment-là, la photo pour moi n’était rien d’autre que de prendre des souvenirs pour les soirées de projection diapos !

Jusqu’au jour où vers 16 ans, mon chum Rich ( tu te rappelles les diminutifs ? ) me montre son reflex Mamiya / Sekor.  Wow ! Il était bien plus cool que le Yashica de mon père !   J'étais attiré par les réglages ! Ce jour là, j’ai su que moi aussi j’aurais un reflex ! 

Rich  prenait des photos de tout… sauf des portraits de personnes ! Ça, ça m'intriguait. Il avait une chambre noire dans le garage, chez ses parents. J’ai trouvé le développement photo intéressant, surtout l’agrandisseur où on masquait certaines parties du papier photo, mais comme je n’avais aucun endroit pour monter un labo, j’ai vite mis ça de côté.

J’ai eu quelques appareils automatique, des 126, des 110. Vous savez ceux que l’on chargeaient avec des négatifs dans des cassettes en plastique, et les Flash Cubes ?? 

Finalement, mon premier reflex remonte à 1982, c’était un Minolta X-700. Je l’avais « bargainé » ( marchandé ) avec un juif de la côte est du Maine aux États Unis. Pas très chanceux, j’entre chez lui au début de mon magasinage. Je n’achète jamais dans le premier magasin. Le vendeur me dit en me regardant dans les yeux et en roulant ses " R "  « Je te fais un prix. Le prix le plus bas en ville. Si tu pars sans l’acheter et que tu reviens, il sera plus cher ». Je suis sorti sans l’acheter et… il avait raison !  Je suis revenu et il me l’a vendu plus cher… mais j’avais négocié un accessoire en plus !  J’ai toujours ce boitier. Ce fut le début de l’aventure photo.

J’ai lu le manuel… et j’ai utilisé dès le départ, le mode… manuel. Mes premiers paysages ont été ceux des Îles de la Madeleine. C’était l’endroit idéal ! J’avais la chance d’y travailler un mois par année.  La semaine c’était le boulot, la fin de semaine, la photo. J’avais une bobine de film par semaine. J’ai encore aujourd’hui l’odeur si particulière des négatifs au nez ! Avec si peu de photos, tu penses au cadrage et aux réglages ! J’ai tout de suite aimé quelques-un de mes premiers clichés ! Aimer ses photos, c’est important.

 

Est-ce que tu as des domaines de prédilection ? Qu'est ce qui t'intéresse ? 

 

Mes domaines de prédilection s: le paysage évidemment. Quand je pense sortie photo, c’est ce qui m’est le plus naturel. C’est incroyable de voir comment un même point de vue, peut se montrer sous des aspects différents d’une saison à l’autre, d’une journée à l’autre, de l’éclairage du matin à celui du soir ! Le Québec est grand ( 3 fois la superficie de la France ), c'est bien mais c'est aussi un défi de se déplacer. Les distances sont longues. Le problème avec le paysage, c’est que l’inspiration est plus difficiles à trouver après trente ans à arpenter les alentours de la maison, ou de l’environnement proche. Alors je trimbale toujours ma caméra en vacances, en voyage ou en balade. Ma douce ( vous aurez compris que c’est mon épouse ! ) est originaire de la province voisine du Québec, le Nouveau Brunswick.  Nous allons y visiter sa famille, à chaque été. Je ramène donc des photos de cette province maritime que nous avons eu le plaisir de découvrir d’année en année et de région en région.

Les évènements m’attirent : les spectacles, les fêtes culturelles, les rodéos ou les évènements sportifs, comme les Jeux du Québec. Les Jeux du Québec ressemblent à des mini-jeux olympiques pour les jeunes de moins de 18 ans, de toutes les régions de la province de Québec. Ils ont lieu au deux ans. Ces Jeux durent deux semaines et regroupent des milliers de participants. Il y a les jeux d’hiver et les jeux d’été qui ont chacun leurs disciplines respectives. J’ai eu l’opportunité d’être photographe accrédité lors des Jeux du Québec qui ont eu lieu dans ma ville en 2007. Ce fut une belle expérience. Comme photographe, nous avions nos assignations à des sports précis et notre salle de presse. J’ai eu la surprise de voir une de mes photos publiée dans le Journal de Montréal. Le plus gros quotidien français en Amérique du Nord.

J’aime aussi l’urbain pour son architecture et les scènes de vie, il y a toujours quelque chose à photographier en ville. C'est inspirant.

Une forme de photographie qui m’attire de plus en plus est la photographie abstraite. Les couleurs et les formes m’interpellent, m’apaisent et m’interrogent. J’y vois un univers à découvrir, comme dans le temps où je feuilletais les beaux livres !

La photographie animalière demande du temps pour la faire selon mes critères, c'est à dire, se rendre sur des lieux propices au lever du jour. Jusqu’à maintenant, le temps était bien difficile à trouver. Avec ma nouvelle situation de retraité, ce sera peut être plus accessible.

Les deux types de photos qui me parlent moins, sont la macro et le portrait.

J’ai beaucoup de respect pour les adeptes de la macrophotographie! Précision et patience. Une zone de mise au point minuscule qui ne supporte pas le déplacement du sujet. De mon côté, prendre des dizaines de photos du même sujet me tente moins, les empilages, etc… Je m'essaie à faire quelques proxy photo avec mon matériel de tous les jours, mais pour la macro, il faut des objectifs dédiés. Le désir n'est pas là.

Les portraits, eux, sont fascinants. On voit la vie quand on regarde le portrait de quelqu’un. Mais je me sens inconfortable à faire du portrait. Je n’aime pas les éclairages artificiels et les studios. Le photographe et le modèle doivent être détendus pendant les séances, et je ne le suis jamais !  Photographier quelqu’un me stresse. Je sens la responsabilité de rendre le modèle heureux et relaxe. Je n’aime pas jouer à faire semblant que je suis en contrôle, si ce n’est pas le cas. J’adore les gens, mais pas de les prendre en photo !  

 

Doit-on en déduire que la photo de rue ne t'attire pas ? 

 

Si tu parles de la photo de rue où l’humain est le sujet principal et qu’il est reconnaissable, effectivement j’en fais très peu. J’ai le respect de la vie privée à tort ou à raison. Très rarement, je vais demander à quelqu’un s’il est d’accord à se faire photographier. Si c’est pour mon propre compte, je vais plutôt m’abstenir de prendre la photo. Cela m’est arrivé de demander l'autorisation que pendant mes assignations en tant que photographe accrédité pour ma ville. La photo pourrait être alors diffusée dans les publications municipales et c’est une obligation de faire signer une décharge de droit à l’image par la personne qui est sur la photo ou par ses parents si c’est un mineur.

Par contre, il m’arrive assez souvent de faire de la photo de rue où un personnage renforce le message de la photo, ou donne un sens à la photo. J’en ai posté quelques une ici : celle d’une murale avec un joggeur passant devant ou dernièrement, celle de l’halloween avec les personnages flous qui font office de fantômes. Chaque fois, la personne n’est pas reconnaissable.

 

Puisqu'on parle de photo de rue, comment est-ce appréhendé dans ton pays ? Est ce que les personnes sont plus conciliantes qu'en France quand on souhaite les prendre en photo ? 

 

Tu comprendras que je ne peux pas comparer avec la situation en France, parce que je ne la connais pas, mais de mon humble point de vue et selon ce que je perçois, je dirais que c’est plus souple ici que chez vous.

Les gens me semblent moins concerné par le droit à l’image ici bien qu’on en entende parler de plus en plus. L’explosion de la photographie cellulaire a démocratisé la photo. Jadis on devait faire le choix de s’acheter un appareil photo, aujourd’hui tout le monde en a un sur son cell. La popularité des réseaux sociaux fait jaillir des photos de partout ! Par le fait même, et avec tous les scandales de données personnelles recueillies sans autorisation, les gens deviennent plus concernés par leur droit à l’image. 

Une anecdote qui m’est arrivé voilà 2 ans, je photographiais un évènement culturel dans un parc de Montréal. Je prenais des photos des artistes mais aussi du parc en général. Un individu s’est approché de moi et m’a dit qu’il ne voulait pas être photographié. J’ai été franchement surpris ! C’était la première fois ( et la seule fois ) que quelqu’un m’interpellait sur ça. D’autant plus que je ne l’avais pas cadré, ou si oui, bien involontairement d’une façon générale. Malheureusement pour lui, j’avais le droit de prendre toutes les photos que je voulais… et même de lui, sans son consentement !

Effectivement, une cause judiciaire a eu lieu sur ce sujet en 1988, et elle s’est rendu jusqu’en cours suprême du Canada ( le plus haut tribunal canadien ). La cause Duclos-Aubry a donné des balises sur les droits aux gens qui sont photographiés, et aussi aux droits des photographes.

Tu me permettras ( ou pas ! ) de joindre un extrait d’un article de Wikipedia   sur cette cause:

Aubry c. Éditions Vice-Versa inc. est une décision de la Cour suprême du Canada dans laquelle celle-ci accorde des dommages et intérêts à Aubry en raison de la publication d'une photographie d'elle-même dans une revue sans que celle-ci ne l'ait autorisé.

En 1988, Gilbert Duclos prend une photographie de Pascale Claude Aubry, sans lui demander l'autorisation, alors que celle-ci est assise sur un escalier extérieur sur la rue Sainte-Catherine à Montréal. Aubry découvre au mois de juin de la même année qu'une photographie d'elle-même est publié dans le magazine Vice Versa. Duclos avait cédé gratuitement les droits de l'image au magazine. Le magazine a été publié à 722 exemplaires.

Aubry décide donc de poursuivre en responsabilité civile Duclos et Les Éditions Vice-Versa inc. pour avoir une compensation pour le préjudice qu'elle a subi. Âgée alors de 17 ans, elle dit avoir été l'objet de raillerie de la part de ses amis à la suite de la publication de la photographie.

La Cour suprême donne raison à Aubry et accepte la décision de la Cour supérieure qui ordonnait à Les Éditions Vice-Versa inc. de verser 2 000 $ à Aubry. La Cour accepte donc le principe que le photographe doit obtenir l'accord de la personne photographiée s'il veut publier sa photo.

La Cour apporte évidemment des tempéraments à ce principe. Une personne dont la photo serait prise lors d'un évènement d'intérêt public, c’est-à-dire une personne se retrouvant momentanément sous les feux de la rampe, ne pourrait revendiquer son droit à l'image. De la même façon, une personne jusqu'alors inconnue se retrouvant impliquée dans une affaire du domaine public ( un procès important, un évènement économique majeur, etc...) ne saurait se prévaloir de son droit à l'image. Enfin, toute personne figurant de façon accessoire sur une photo ( pensons à une photo d'un monument ou d'un paysage ) la Cour dit que la personne fera partie du décor et ne verra pas son droit violé.

Paradoxalement, la photo publiée qui a porté préjudice à la personne est aujourd'hui du domaine public parce qu'elle a été donnée comme preuve à la Cour suprême du Canada[réf. nécessaire].

Fin de la citation.

Suite à ce jugement, il y a eu beaucoup de discussions sur ce droit à l’image à savoir ce qui est permis ou pas.

Ainsi, je peux prendre toutes les photos, de qui je veux, sans leur permission  si je ne les publie pas. Je peux publier une photo d’une personne sans son consentement, si ( entre autres ) elle n’est pas le sujet principal de la photo, s’il y a plusieurs personnes sur la photo, etc…

 

Pourquoi t'être inscrit sur le forum photo ? 

 

Principalement, pour 2 raisons:

De 1, pour avoir un point de vue différent sur mes photos. La culture et les valeurs européennes en rapport avec la nature et la vie en société sont différentes de la culture nord-américaine, et ça teintent vos commentaires. Par conséquent, j'ai un éventail plus large d'opinions. Le forum est convivial, bien tenu, il a plusieurs rubriques intéressantes. Il y a de bons photographes et des commentaires plus substantiel que Wow ! Oui! Bravo ! Poubelle ! Nul !  J'ai beau pratiquer la photo depuis plusieurs années, je cherche à m'améliorer. J'ai besoin d'un commentaire un peu étoffé. C'est pourquoi, j'essai moi aussi de donner des commentaires assez descriptifs. J'aime échanger avec les autres photographes. 

De 2, pour avoir le plaisir de découvrir vos horizons, vos villes et villages, vos paysages côtier et alpin, vos architectures... bref, je voyage !  

Je sillonne les forums photos au Québec et en France depuis qu'il faut moins de 5 minutes pour télécharger une photo ! 

Je te rassure, je ne suis sur aucun autre forum photo de France que Forumdephotos.com !  

Tous les autres forums photos français auxquels j'ai participé ont fermé ! J'espère que je ne porte pas malheur !  

 

Ne t'inquiète pas, on a le top aux commandes.  Quels sont tes critères lorsque tu critiques une photographie ? 

 

La composition, l’originalité, le sujet, la qualité de l’image… pas mal dans cet ordre. Je dois avoir un « ressenti  positif » sinon, l’image m’intrigue et je cherche à savoir pourquoi sans la rejeter.

Pour la composition, il y a ceux qui ne jurent que par la règle des tiers, la spirale du nombre d’or, etc…. Et d’autres qui n’y croient pas pour un sou.  Dans ma démarche, je me suis aperçu, que beaucoup d’images qui me plaisaient respectaient la règle des tiers ou encore qu’elles avaient plus de sens grâce à elle. Mais ce n’est pas une règle absolue. Parfois, briser les règles fonctionne très bien !

L’originalité, l’innovation, la création ont une très grosse place dans mon évaluation. Voir une photo de la tour Eiffel qui m’étonne, je trouve ça, extraordinaire ! Si le sujet est original, c’est un plus !

Je place la qualité de l’image en dernier, mais il ne faut pas croire que ce n’est pas important pour moi. Personnellement, je trouve très difficile de présenter mes photos dans un forum sans qu’elles ne soient pas dégradées. Je sais qu’il est possible d’avoir des photos avec un rendu impeccable dans le respect des règles du forum, mais je ne sais pas comment !  Alors je n’en tiens pas rigueur aux autres participants, à moins que ça soit évident. 

Une belle image, qu'elle soit passée en post traitement ou pas, ne fais pas de différence pour moi, une belle image est une belle image.

Je n'oublie pas que mon avis, n'est qu'un avis, ni plus, ni moins.  Mais, l’élément le plus important de ma critique c’est d’être respectueux dans mon commentaire. De mon point de vue,  il y a du positif dans presque toutes les images. Si elle ne me plait pas , je n’oublie pas que la personne qui l’a proposée y a trouvé un intérêt, c'est peut être juste moi qui ne le voit pas. Ça me rappelle une leçon de ma mère quand j’étais jeune. Elle m’a déjà dit : quand tu n’aimes pas quelque chose, ne dis pas que c’est mauvais, dis que tu n’aimes pas ça. Il y a une grande différence entre les deux.

 

Est-ce que tu penses que chaque photographe, qu'il soit amateur ou professionnel, est en recherche de reconnaissance ? 

 

La reconnaissance peut être vue à plusieurs niveaux. Ne pas confondre reconnaissance et évaluation. Reconnaître qu’une photo est formidable, c’est une chose. Reconnaître la qualité du travail à travers le temps, et avoir un style propre c’est différent. Pour le pro, que son travail soit reconnu par ses pairs, c’est une grande motivation et j’imagine, une grande satisfaction.

Le monde des arts fait appel aux sentiments. Qui dit sentiment, dit sensibilité. Ceux qui touchent aux arts sont sensibles. On n'est pas tous artistes, mais on est tous sensibles ! Un compliment mérité sur une photo, ça fait du bien !

Je suis porté à dire que la majorité des amateurs cherche surtout à être encouragé. Je sais très bien qu’il y a des gens qui font de la photo sans jamais montrer leur travail à personne soit par timidité, ou parce qu’ils ne savent pas à qui le montrer, ou par peur de la critique. Il y a aussi des gens qui ne sont pas intéressés à partager tout simplement.

La photographie est un monde que je comparerais à la musique. Cela a l’air simple au départ: le sujet d’une mélodie d’un côté, le sujet d’une photo de l’autre, la gamme a sept notes, la photo a le triangle d’exposition. On peut croire que tout a déjà été musicalement composé ou photographié, que ce n’est que du réchauffé, mais il se trouve toujours un smatt ( une personne brillante ) qui va sortir un truc incroyable !

Alors on se dit, que moi aussi je vais essayer ! Premier constat : ce n’est pas simple !  

Donc, on gosse ( travailler sur un projet en ayant plus ou moins les compétences pour le faire ) sur son boitier et sur ses photos dans le sous-sol de sa maison. On essaie d’imiter un résultat, puis de se distinguer. Mais comment savoir si on est sur la bonne route… ou simplement sur la route ? Il y a tant d'avenues ! Il faut alors partager avec des gens qui ont le même intérêt. Avoir un commentaire avisé, c’est un départ ! Recevoir une évaluation sur une photo... il faut en prendre et en laisser. C’est seulement un petit échantillon du travail qu’on fait.

La reconnaissance a un sens plus large, c’est une récompense à beaucoup plus d’efforts. Dans ce sens, je ne suis pas certain que cela concerne tout le monde.

 

 Comment traversez-vous la période actuelle au Québec ? 

 

On sort de la photographie ici, mais je comprends que c’est une situation unique qui nous concerne tous, peu importe où nous demeurons. Je suis content de partager ça avec vous.

Ceux parmi vous qui écumez les nouvelles du monde au sujet de la pandémie auront peut-être appris que le Québec est la province au Canada qui a le pire bilan tant au nombre de cas que de décès soit 130,000 cas, 6800 décès en cette fin de novembre pour une population d’environ 8 millions d’habitants. Plusieurs raisons ont été donné par le gouvernement québécois pour expliquer ces résultats. Il y aura toujours des mécontents, mais la grande majorité des Québécois ont toujours confiance dans ses élus. On a tous compris dès le départ que personne ne voulait être à la place des décideurs. Pendant les premiers mois de la pandémie, tous les partis politiques de l’opposition ont fait équipe avec le parti au pouvoir pour gérer la situation. Je pense que cela a sécurisé la population. On s’est tous vu dans le même bateau. Il y avait une belle unité devant l’adversité. Personnellement, je n’avais jamais vécu cela auparavant. Avec le temps, il y a eu évidemment des récriminations de différents groupes, dont certains travailleurs et les contestations sont maintenant plus présentes. Aujourd’hui, tous les partis politiques font leur boulot de représentation.

Le Québec, le Canada et les États Unis ont la plus longue frontière commune de tous les pays du monde. Quand on voit ce qui se passe à quelques km au sud de chez nous, avec l’attitude totalement irresponsable de Donald Trump, on se trouve chanceux d’avoir repoussé les Américains en 1776! On est triste et préoccupé par leur situation. Quand les Américains toussent, les Canadiens attrapent la grippe ! Ce sont nos amis et alliés depuis longtemps.

Ici, une photo d’une œuvre artistique en cours, représentant le nombre de décès aux États Unis. L'artiste Suzanne Brennan Firstenberg réalise une œuvre sur un terrain de 3.5 acres à l'extérieur du John F Kennedy Mémorial Stadium à Washington D.C. Chaque drapeau représente un décès causé par la Covid aux Etats Unis. Elle ajoute des drapeaux encore et encore. Le nombre de décès est mis à jour sur un tableau. Il y a 248,000 drapeaux.

L'artiste a commencé à mettre des drapeaux sur un terrain adjacent de l'autre côté de la rue, il manquait de place. L'oeuvre s'intitule. “In America, How could this happen...,”

Sinon, ici, on apprend à vivre avec la pandémie, comme vous aussi, j’imagine. L’économie souffre beaucoup. Au Québec, près de 2 travailleurs sur 3 font partie de la petite et moyenne entreprise ( moins de 50 employés ). Beaucoup d’entrepreneurs sont au bord du gouffre. Les gouvernements en sont conscients. Des programmes d’aide fusent de toutes parts, mais cela n’est pas suffisant pour écarter la détresse psychologique.

La pandémie apporte de nouveaux défis à tous les jours. Le prochain de taille sera la période de Noël et du jour de l’an. On nous a annoncés que les réunions de familles seraient permise par groupes de 10 sur 4 jours, du 24 au 28 décembre. Aucun rassemblement cependant pour le jour de l’an, en prévision d’un retour au travail après une période sans contact.

La venue bientôt d’un vaccin donne espoir. On a la chance au Québec d’avoir une bonne industrie pharmaceutique. Le gouvernement canadien a négocié avec plusieurs compagnies du Québec et mondiale, des vaccins en quantité suffisante. On attend un début de vaccination ( non obligatoire ) pour le printemps, peut être avant.

La photo s’inscrit bien dans une période de confinement, je trouve. On a des paysages urbains qui sortent de l’ordinaire. Des gens masqués partout, qui étaient des sujets improbables il n’y a pas si longtemps. Cette période laissera des traces photographiques comme aucune autre avant elle.

 

Y a t-il un sujet en particulier que tu souhaites aborder, qu'il soir en rapport ou non avec la photo ? 

 

C’est la question la plus difficile !!  ( parce que je dois la trouve r! ) 

J’aimerais glisser un mot sur l’avenir de la photo et la place qu’occupe le  post traitement.

Comme je l’ai dit plus tôt, tout le monde aujourd’hui grâce à la téléphonie cellulaire, ont un appareil photo sous la main. Bien que pour beaucoup de ces personnes, la fonction photo soit là surtout pour étayer les auto-reportages sur sa propre vie, la qualité des photos tirées des téléphones portables s’améliore d’une génération à l’autre. En plus, avec la venue de la vidéo de qualité bon marché, on pourrait être étonné par la popularité de la photo à travers un boitier classique. Mais la  photographie c’est tellement plus que du « point and shoot » d’un téléphone.

Personnellement, j’éprouve beaucoup de plaisir à mijoter une idée, à sortir mon boitier, à faire tous les réglages nécessaires, à composer et à déclencher. Mais j’en éprouve tout autant à m’installer devant mon écran pour faire du post traitement! Je sais que ce n’est pas pareil pour tout le monde, mais ce qui est merveilleux en photographie, c’est que c’est un domaine tellement vaste, que tous et chacun peuvent occuper toute la place qu’ils veulent ! 

Une photo peut être la plus fidèle représentation de la réalité, en lumière , en couleurs du jour et en composition. Elle sera un témoin de cette journée, de son époque, de notre époque! Et je trouve ça important qu’il reste des photos représentatives de notre époque, comme de celles qui nous ont précédés. Des gens un peu comme nous, pourrons alors dans 30, 50 ou 100 ans ( souhaitons-le ! ) regarder ces photos en disant « Tabarnac mon chum, as-tu vu comment s’ta beau dan’l temps !  »  Par contre, c’est plus difficile aujourd’hui de les obtenir. Je crois que nous avons une responsabilité à ce niveau. Pensez seulement à un paysage champêtre avec une route bordé d’un panneau routier et deux poteaux de fils électriques au loin. Les chances sont grandes qu’on élimine les poteaux, les fils et l’enseigne routière. Pourtant chacun de ces éléments est représentatif du paysage actuel. Ils ne polluent pas nécessairement la photo. Si on les enlève,  la photo perdra de son authenticité. Est-ce que les seules photos réalistes qui resteront seront celles prises par un smartphone ?

Et d’un tout autre ordre d’idées, une photo peut être aussi une expression de cette réalité, et c’est tout aussi bon. Une même photographie peut avoir plusieurs interprétations, plusieurs vies, comme la chanson « Hallelujah » de Léonard Cohen, reprise par une douzaine d’artistes ! On laisse libre cours à l’imaginaire, à la créativité, tant à la prise de vue qu’au post traitement, c’est là tout le génie de la photographie !

Évidemment, on n'est pas obligé de tout aimer !  Ce ne sont pas toutes les versions d'Hallelujah  qui sont géniales ! 

Parlant de ne pas tout aimer, j’ai beau essayer d’être avant-gardiste, ché pas pour toé’ , mais j’ai de la misère à accepter le remplacement de ciel sur un paysage. 

 

Nous arrivons à la fin de cette entrevue Bib, veux-tu ajouter quelques chose ? Transmettre un message aux autres membres du forum photo et aux visiteurs ? 

 

Tout d’abord grand merci « Niki » de m’avoir laissé m’exprimer à ma façon ! Je ne suis toujours pas convaincu que mes propos méritaient cette attention. Comme le dit la chanson de Robert Charlebois « …je suis un gars ben ordinaire… » .

Pour les membres actifs sur le forum, je tiens à dire que c’est faux de croire que l’on cristallise une idée en 140 caractères ! On peut mal se faire comprendre, même avec les meilleures intentions. Alors si vous avez un doute sur une de mes interventions, demandez une précision, ça me fera plaisir d’élaborer un peu plus. Je dis merci à chacun de vous pour votre énergie, votre plaisir, vos bons mots comme pour les moins bons, votre temps, vos connaissances, votre amour pour la photo et surtout, merci de poster régulièrement vos images. C’est grâce à tout ça ( et un peu grâce à Krystron, Nikita et les modérateurs ( quand même  )) si le forum est en vie, si je peux faire voyager mes photos, et recevoir des critiques sur mon travail. Vous y apportez tous, votre couleur, et j’aime les couleurs saturées, sachez-le !  Vous êtes une belle gang !

À ceux qui sont de passage, je dirais que ce n’est pas par hasard si vous vous retrouvez à lire ce texte. La photo et le forum vous concernent peut-être plus que vous le pensez. Un forum de discussions est un bon endroit pour partager, apprendre et s’améliorer peu importe le niveau. On peut y trouver la motivation et l’inspiration.  Vous avez enfin trouvé un espace où discuter photographie avec des gens qui ont le même intérêt que vous !

Finalement, un dernier mot…  avant mon prochain commentaire sur une de vos photos.   

Je m’en voudrais de ne pas profiter de l’occasion pour rappeler que cette année, la période des fêtes sera bien différente de ce que l’on vit d’habitude. Pensez à vous et à ceux que vous aimez. La lumière au bout du tunnel, je la vois, elle est là ! Je nous souhaite une année 2021 pleine de réjouissances et de feux d’artifice !!!

Merci encore Bib d'avoir bien voulu répondre à mes questions, de ta convivialité et de ta participation à la vie du forum photo. Et je te souhaite également le meilleur pour l'avenir.

............

Le Yashica de mon paternel et mon Minolta X-700. J’ai retrouvé le Yashica voilà 2 mois. Il a encore une bobine de Kodachrome  vieille de 50 ans dedans !

1607711316_thumbnailbib3.jpg.37070c1bef3038f1493e92254dea7782.jpg

 

Une de mes premières photos de paysage, Îles de la Madeleine  avril 1983. 

191228957_thumbnailbib2.jpg.e075c7f78473ec2a4ec7a4d17013f812.jpg

 

J’ai eu le plaisir de retourner aux Îles de la Madeleine en août 2017.

La même photo pour le fun.

812052798_thumbnailbib1.jpg.b487cf92421e70cbae238bdd847f7372.jpg


User Feedback

Recommended Comments

Enchantée de te connaître un peu plus à travers ces quelques mots.

Une interview à lire en mettant l'accent, pour mieux se projeter dans ton pays.

Tu profites de nos paysages, sache que je me régale avec les tiens !

De l'échange de photos à l'échange de point de vue, ça donne un beau brassage enrichissant.

Link to comment
Share on other sites

Je viens de passer un très agréable moment à voyager dans ta présentation @Bib avec a la fois un sentiment de proximité et d'exotisme avec ce cousin d'outre atlantique. Merci et à très vite sur le forum. Pour toi et tes proches aussi "le meilleur pour l'avenir"

Link to comment
Share on other sites

merci @Bib de nous permettre de te connaître un peu mieux.  Profite bien dès que la situation redeviendra "normale" de ta nouvelle retraite pour nous emmener en  voyager. Je sais que tu es sur QN aussi. 

merci également pour tes passages bienveillants

Link to comment
Share on other sites

UN grand merki pour cette présentation , tres agréable à lire 

Un plaisir de decouvrir un "gars ordinaire " ... et finalement pas si ordinaire que ca .... un photographe n'est jamais ordinaire  en soi ... 🙄🤔

Link to comment
Share on other sites

Salut BIB, content d'avoir fait plus ample connaissance avec toi.

C'est super d'avoir un gars du Quebec sur le Forum,  par tes images tu nous fais  voyager à travers ton pays. J'adore particulièrement l'accent du Québec, et  ce superbe pays .  Il parait qu'il y a de très bon plats comme par exemple  : la Poutine, les fèves au lard ou encore la tourtière...qui ressemble un peu à notre tourte alsacienne  mis à part que la notre est faite avec du vin blanc...bon, j'arrête là ,car on est sur un forum photo  à bientôt sur le fil photos🤗 

Link to comment
Share on other sites


Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Add a comment...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


×
×
  • Create New...