Jump to content

Interview de PierreT Février 2021


En ce mois de Février 2021, je vous invite à en apprendre un peu plus sur PierreT, l'un de nos membres. 

Adepte du portrait et de l'architecture, il explore également d'autres domaines photographiques avec succès. 

Un grand merci à lui de sa participation au forum photo et d'avoir joué le jeu de l'interview. 

......................

Bonjour PierreT. Je te remercie d'avoir accepté de répondre à mes questions. 

Peux-tu te présenter aux membres du forum en quelques mots ? 

 

Bonjour Nikita,

C'est gentil de me consacrer une interview. Comme mon pseudo l'indique, je me prénomme Pierre, et mon nom de famille commence par un T. J'habite à Paris, et je suis professeur de français langue étrangère. J'enseigne le français à des étrangers n'ayant pas la possibilité d'obtenir un titre de séjour de manière régulière (sans ressource, réfugiés, etc...) ainsi qu'à des étudiants. C'est un métier que j'aime beaucoup : on ne devient pas riche (du tout), mais ça permet de voyager (pour travailler dans d'autres pays) et de rencontrer énormément de personnes intéressantes apportant avec eux leur culture. Et bien entendu, je suis passionné par les objectifs soviétiques. Cela implique de les utiliser, c'est pour cela que je fais des photos.

 

Parlons de photographie justement. Comment t'est venue cette passion ? 

 

Ce n'est pas une très longue histoire (à l'échelle d'une vie). Quand j'étais adolescent, j'aimais beaucoup la photographie, mais avec une approche très simpliste (c'est pas forcément l'âge où on fait des trucs très intelligents). J'avais un compact, j'étais le "photographe" de la famille. Je m'amusais déjà à expérimenter, mais encore une fois, ce n'était pas du grand art. La fin de l'adolescence arrivée, j'ai commencé à me passionner pour la langue russe, je suis parti à la fac l'apprendre, et j'ai donc été introduit à l'histoire de l'URSS, qui m'a beaucoup intéressée (j'ai fini par m'acheter une voiture soviétique d'ailleurs). Un jour, mon père m'a annoncé qu'il avait retrouvé un vieil appareil photo soviétique qu'il avait acheté en Union Soviétique en 1972, un certain "Zenit". J'ai mis une pellicule dedans (après avoir regardé sur internet comment faire, j'imagine), et j'ai fait des photos sans trop me soucier de l'exposition. Le résultat final m'a franchement plu. Je garde toujours ces photos en souvenir, qui, même si elles sont ratées d'un point de vue technique, ont une grande valeur sentimentale (mes premières photos avec un objectif soviétique). Voici une de ces photos (voir photo en bas). 

Ça m'a plu, mais faire de la pellicule, ça m'a paru chiant et cher. En regardant sur internet, j'ai bien compris que le caractère de la photo était majoritairement produit par l'objectif. J'ai donc décidé de m'acheter un petit appareil photo numérique à objectif interchangeable (un 350D d'occasion) pour continuer à utiliser l'Helios-44 qui était sur le zenit de mon père. C'était durant l'été 2011.

À l'époque, je m'intéressais beaucoup à la photographie en général, et l'objectif était encore un accessoire. J'ai commencé à expérimenter différentes techniques (par exemple les poses longues, le HDR avec bracketing, le panorama avec plusieurs photos, etc...). Je me suis acheté un trépied à 25 euros (que j'utilise toujours pour prendre en photo mes objectifs ), un flash (qui prend la poussière), et j'ai commencé à acheter des optiques pas chers, pas spécialement soviétiques car je n'avais pas d'argent et je ne savais pas vraiment quoi chercher. Un grand angle pour essayer le paysage (24mm), un téléobjectif (300mm) pour des oiseaux et des trucs pas proches, et quelques babioles optiques. Je me suis même inscrit à un club photo, chose incroyable pour un ermite comme moi (mais je n'y suis pas resté longtemps, car "chassez le naturel, il revient au galop").

D'un point de vue technique, à ce moment là, j'ai beaucoup appris sur un forum anglophone destiné aux objectifs manuels, et aussi grâce à une personne très sympa et compétente dans le domaine technique : un certain Thierry Hacquard, qui a d'ailleurs sa petite collection d'appareils et d'objectifs soviétiques. C'est très important d'avoir une personne à qui on peut poser toutes les questions qu'on se pose, bien mieux qu'internet, où l'on trouve souvent tout et son contraire.

Je n'étais pas encore dans la collection, c'était la fin du commencement et le début de la suite. Donc je pense que je peux m'arrêter là.

 

Quand on regarde toutes tes photos, on a l'impression que tu touches un peu à tous les domaines avec succès et surtout pour ce qui est du portrait. Quelle est ta recette ? 

 

Pas vraiment tous les domaines. Je n'ai jamais aimé pratiquer la macro ni la photo animalière (dans un environnement naturel). Je suis très patient dans la vie, mais pas du tout en photo. J'admire les photographes qui se lèvent tôt et se cachent dans leur affût pendant des heures. Les photos sont magnifiques, mais pour moi, le jeu n'en vaut pas la chandelle, ce n'est qu'une photo. Pour la macro, il faut souvent être à genou, et avoir de très bons yeux. Il faut également aimer les insectes (sujet fréquent de macro). Or, j'ai rapidement mal aux genoux, j'ai pas de bon yeux (j'enlève mes lunettes quand j'utilise mon appareil) et je n'aime pas trop tout ce qui a des petits pattes et qui bouge très rapidement.

Je ne suis également pas très fan des paysages. Je n'en prends que lorsque je voyage, pour le souvenir principalement. En gros, je ne vais pas chercher le paysage, je prends ce que la vie me donne.

La photo de rue, c'est pas vraiment mon truc aussi, je ne suis pas assez sociable pour ce genre d'expérience, et je n'ai pas un air assez aimable. J'aimais beaucoup les manif', mais c'était avant les "gilets jaunes", à une époque où il y avait une ambiance festive. 

Le portrait, c'est vrai que j'aime ça, mais seulement en lumière naturelle. Je n'aime pas le studio car, encore une fois, c'est compliqué à mettre en place. J'ai un semblant de studio mobile (fond noir ou blanc avec ses supports, 2 sources continues avec des déflecteurs) mais c'est fatiguant à installer, surtout quand on a pas envie. De plus, les photos de studios ne m’intéressent pas (aussi bien à faire qu'à regarder), je n'y suis pas du tout sensible.

Je suis un homme de bokeh, j'ai besoin d'un arrière plan vivant. C'est pour ça que j'apprécie autant le portrait en plein air. C'est également toujours un plaisir pour moi d'en faire, car c'est toujours l'occasion de me promener avec quelqu'un que j'aime bien (mes "modèles" sont toujours des personnes que je connais pas mal : amies, étudiantes voire parfois ma compagne). Pour moi, la photo, c'est avant tout le plaisir dans le processus :

- le plaisir de choisir son objectif (ça peut être très long quand on en a beaucoup)

- le plaisir du manuel, les bagues qui tournent dans la graisse (et l'odeur qui va avec), et la beauté de l'objectif

- le plaisir de passer un bon moment

- le plaisir de faire plaisir à quelqu'un qu'on aime bien en lui offrant de belles photos

Je ne trouve pas ces deux derniers éléments dans les autres types de photos.

Et c'est également dans ces conditions que je peux montrer le plus efficacement le caractère de mes objectifs, puisque je privilégie toujours la pleine ouverture.

Ma recette ? Ça peut paraître très pragmatique, mais je fais très attention à l'arrière plan et à la lumière, mais aussi à la distance entre le sujet et l'objectif, et la distance entre le sujet et l'arrière plan, en fonction de la focale et de l'objectif. Chaque objectif produit un bokeh différent qui se produit à différentes distances. Après, pour le modèle, ça va plutôt de soi, vu qu'elles sont habituées à être prise en photo par moi. Le reste, c'est l'objectif qui le fait. Mes photos seraient bien moins intéressantes si j'utilisais un objectif moderne, et d'ailleurs, je ne ferais pas de photo si j'en avais un.

 

Tu as déjà exposé ? 

Jamais, il faut être un artiste pour ça. Savoir imaginer, créer une série, avec une idée ou un concept.

Moi, j'essaie simplement de faire les plus belles photos possibles avec le maximum d'objectifs soviétiques possible, tirer le meilleur de chacun d'eux. Si je devais exposer quelque chose, ce serait plutôt mes objectifs. Si j'avais de l'argent, j'ouvrirais sans doute un musée de l'optique soviétique. Les photos illustreraient la description des objectifs. Je serais sûrement le seul à le visiter, mais ça me botterait. Mais ça, c'est seulement des "si". 

 

Tu ne te considères pas comme un artiste ? Pourquoi ? De ce que j'ai vu de tes photographies, c'est assez créatif. C'est quoi du coup un artiste photographe pour toi ? 

 

Pas du tout. Pour moi, un artiste transmet un message, il sait où il va quand il prend une photo. Il construit sa photo dans sa tête avant de la prendre. Il développe également un univers particulier, qui se retrouve dans chacune de ses photos. 

Alors que je ne fais que des photos, pour le plaisir. Mes photos sont systématiquement faites pendant des promenades (seul ou accompagné), je cherche des trucs sympa à prendre en photo, selon l'objectif que j'ai. Si j'ai un objectif à portrait, je cherche des personnes (chanteurs de rue, ou autres personnes qui ne seraient pas gênés par des photos), si j'ai un grand angle, je cherche un intérieur (église notamment), si j'ai un fisheye, je cherche à m'amuser avec les déformations comme sur une de mes dernières photos, etc... C'est une démarche totalement dénuée de volonté artistique, il s'agit de faire une photo réussi techniquement et sympa à regarder, sans me casser la tête, avec un objectif soviétique. Il y a quelques années, mon approche était un peu différente (j'ai même été officiellement "auteur photographe" , sans succès).

Un artiste doit aussi savoir parler de ses photos. Or, j'en suis incapable. Je peux parler de la technique, je peux écrire des pages sur mes objectifs, mais je ne vois aucune "poésie" dans mes photos. D'ailleurs, mes titres de post sur ce forum trahissent assez clairement mon approche actuelle. 

 

 Pourquoi t'être inscrit sur le forum ? Qu'est ce que cela t'apporte ? 

 

C'est la première fois que je m'inscris sur un forum de photographie (et non pas de matériel photo). Comme expliqué précédemment, parler de photo, ça ne m'a jamais vraiment botté. Mais j'ai eu envie de faire un effort.

Et je dois avouer que je ne regrette pas. C'est un peu bizarre pour moi de commenter une photo sans parler de l'objectif. Sur mon groupe facebook par exemple, chaque photo est avant tout un prétexte pour parler de l'objectif utilisé, ceci même si la photo est magnifique. Ici, c'est juste la photo. C'est un peu perturbant, mais c'est important dans la vie de chercher de nouvelles expériences en dehors de sa zone de confort pour progresser.

Ce qui est marrant (et plutôt bon signe), c'est que maintenant, quand je poste une photo, je cherche ce qui pourrait clocher avec la photo, ce qu'on pourrait trouver à corriger. Avant, c'était plutôt "tiens, voilà une photo, avec ses défauts, à prendre ou à laisser". Ça n'a pas changé ma manière de prendre des photos, mais plutôt ma manière de regarder la photo sur Photoshop®.

Bon, c'est toujours avec grand plaisir que je réponds aux questions sur les objectifs, mais j'essaie de limiter ici, pour ne pas faire tâche.

 

Quel genre de critique photo es-tu ? 

Je suis critique pas très critique. Je pars du principe qui chacun voit midi à sa porte. Quand j'aime une photo, je le dis. Quand je n'aime pas une photo dans son ensemble, je m'abstiens de commenter. Quand j'aime bien une photo, mais qu'il y a un petit truc qui, je trouve, pourrais être amélioré, je me permets de le dire, en espérant que la personne ne le prenne pas mal. Je ne suis pas du genre à avoir un avis tranché sur une photo. Si la personne apprécie sa propre photo, c'est déjà bien. On est là avant tout pour se faire plaisir. 

 

Qu'est ce qui prime pour toi ? La technique, le sujet ou l'émotion ? 

 

Question difficile. Je ne dirai pas que l'émotion prime. Elle est là ou elle n'est pas là. C'est un élément personnel, en rapport au moment où on a pris la photo. Quand je fais des portraits par exemple, je les traite le jour même car j'ai encore l'émotion de la photo, le moment n'est pas encore terminé et c'est le meilleur moment pour traiter une photo, pour moi en tout cas. Pour une autre personne, ou moi même à un autre moment, l'émotion pourrait être différente ou inexistante.

Le sujet est bien entendu important aussi, mais j'ai tendance à penser que n'importe quel sujet peut-être bon, si on le prend comme il se doit en photo... une belle femme, une vieille personne, un enfant, un homme, un chien, un arbre, une vieux paquet de clopes sur le trottoir, une chaussure verte...

La technique , je dirais que c'est le plus important. Une belle photo, avec un beau modèle, une belle lumière mais avec un focus raté, c'est poubelle. La question du focus est un point technique très important quand on ne fait que du manuel. Heureusement, après toute ces années, et grâce à l'aide au focus dans le viseur du Sony A7, ce problème arrive moins souvent, mais l'erreur reste humaine, et un sujet est parfois difficile à suivre quand on utilise un objectif bizarre avec un système de focus un peu limite, surtout quand on adore la pleine ouverture. Mais c'est aussi pour ça que j'aime le focus manuel. Quand une photo est ratée, je suis le seul et unique responsable, c'est le jeu. Il n'y a rien de plus frustrant que de rater quelque chose à cause d'une machine électronique.

 

Tu fais beaucoup de post traitement ou tu te limites au minimum ? 

 

De manière générale, très peu. Sur les paysages, photos de rue et autres trucs de ce genre, ma routine est simple : Camera raw® : crop 16/9 (je fais ça systématiquement depuis 2014, ne me demandez pas pourquoi...), contraste, exposition. Une fois sur photoshop®, je peux retirer un ou deux détails qui gênent, et c'est sauvegardé. 

Pour le portrait, c'est différent, je veux que la personne aime la photo, donc je m'arrange pour cacher les petites choses. En plus des éléments déjà mentionnés, je travaille plus précisément la peau (boutons, rougeurs, noirceurs). Pour les modèles asiatiques, je retouche aussi légèrement l’ovale du visage et l'exposition de la peau (les critères de la beauté asiatique ne sont pas exactement comme chez nous).  

Mes retouchent excluent toute modification du caractère de l'objectif (flare, bokeh, rendu colorimétrique général), car c'est au final ce qui est le plus important pour moi.

 

Changeons de sujet. On traverse actuellement une période assez particulière avec la covid. Quelle est ta vision des choses là dessus ? 

 

La crise de la covid a été assez compliquée pour la collection, avec l'arrêt des liaisons aériennes entre l'Ukraine et la France. En 2019, j'étais sur une moyenne de deux colis tous les mois, contenant généralement entre 5 et 10 objectifs. En 2020, j'ai du recevoir environ 10 colis sur toute l'année, surtout en fin d'année avec la reprise partielle des vols commerciaux (le transport de colis par la poste "normale" se fait via les vols commerciaux).

J'ai également perdu mon partenaire de longue date pour les affaires en Ukraine, puisqu'il a perdu son travail. En plus, étant donné que notre affaire était au point mort, il n'avait aucun revenu de ce côté là. Donc il a changé totalement d'activité. Heureusement, depuis, j'ai pu trouver un nouveau partenaire, mais c'était compliqué.

Pour la photographie, c'était très frustrant, surtout au printemps lorsque les fleurs sortaient et que nous devions rester enfermés dans notre appartement parisien. Etant très prudent avec ce virus, je ne suis sorti que pour faire les courses, l'appareil photo est resté dans sa housse pendant quelques mois. Malheureusement, rien n'est terminé, j'espère simplement que le prochain confinement sera décidé plus tôt, pour pouvoir profiter du printemps cette fois-ci. J'envie beaucoup les personnes vivant à la campagne, avec un jardin, c'est quand même plus sympa pour les photos.

 

Nous arrivons à la fin de cette interview PierreT. Que peut-on te souhaiter pour l'avenir ? 

 

Beaucoup de nouveaux objectifs rares et inconnus ! 

Sinon, du bonheur, la santé...

Et pourquoi pas de belles photos à faire ?

 

 Je te remercie encore d'avoir accepté de répondre à mes questions PierreT. As-tu quelque chose à ajouter ? Un message à faire passer aux membres et aux visiteurs qui liront cette interview ? 

 

Euh, je ne pense pas avoir quelque chose à ajouter.

À ceux qui ont lu cette interview : merci d'avoir lu cette interview. 

.............................

1994817178_DSC01880(1).jpg.fafdb1731a6a79253d2d11d091a2d5ca.jpg

 

948874484_imm003_1A(1).jpg.9baca3e9a6201d18ca98dab10e5dd51a.jpg


User Feedback

Recommended Comments

Merci pour ton interview  ou tu as répondu avec beaucoup  humilité, et qui nous permet  de mieux te  connaître ainsi que  ta passion pour la photo

Soit le bienvenu parmi nous et au plaisir de voir tes futures  photos 🤗

Link to comment
Share on other sites

C'est marrant avec cet intérêt pour ces optiques de l'ex Urss, je te voyais beaucoup plus âgé, comme quoi ..........

Sinon portrait très intéressant d'un photographe qui sort des sentiers battus.

Link to comment
Share on other sites

Merci beaucoup pour vos commentaires! Je ne suis pas coutumier de l'exercice.

Il y a 13 heures, YannickBac a dit :

Interview très intéressant d'un photographe atypique qui a su attirer notre attention sur un point bien spécifique de la photo . 

Un petit clin d'oeil donc a @PierreT avec ces deux petits objets en ma possession 🙂

IMG_0150 USSR.JPG

Deux grands classiques! Tu devrais les essayer sur un numérique. Le 44M va sur un reflex, l'Industar-61 seulement sur un hybride, mais les deux sont très intéressants.

Link to comment
Share on other sites

J'ai lu avec plaisir et intérêt cet interview qui nous permet de mieux se connaître. J'ai également le souvenir, assez lointain maintenant, d'une période ZENIT, dont nous disions alors que c'était le seul appareil photo "double fonction", il pouvait prendre des photos et enfoncer des clous ! Un autre point commun, les voyages, mais nous sommes cloués au sol pour combien de temps encore ?

À bientôt dans les rubriques du forum...

Link to comment
Share on other sites
Le 04/02/2021 à 00:35, Skeudenner a dit :

J'ai lu avec plaisir et intérêt cet interview qui nous permet de mieux se connaître. J'ai également le souvenir, assez lointain maintenant, d'une période ZENIT, dont nous disions alors que c'était le seul appareil photo "double fonction", il pouvait prendre des photos et enfoncer des clous ! Un autre point commun, les voyages, mais nous sommes cloués au sol pour combien de temps encore ?

À bientôt dans les rubriques du forum...

Merci pour ce commentaire. Oui, Zenit a toujours eu une réputation d'appareil photo très solide, pas toujours à raison (ça dépend du modèle). Mais je pense que c'est la production soviétique en général qui avait cette réputation. J'ai roulé en Lada 2107 pendant mes premières années de permis, c'était aussi du très solide et rustique : ça fleurait bon la graisse et l'huile, mais c'était très facile à réparer et à entretenir. Mais ça s'est compliqué quand Lada s'est mis en tête de produire des trucs avec des composants électroniques complexes. Un peu comme les zenit, ou la fiabilité a faibli quand les appareils photos sont passé au TTL et programmes de prise de vue.

Link to comment
Share on other sites

merki pour cet interview ,  c'est toujours intéressant de découvrir  des gens et leur passion , surtout quand elles ne sont pas habituelles 

passion "etrange "  donc ( n'oublions pas que le Français est franc et l'etranger étrange ( Mr Desproge )  ....... donc les objectifs ex-urss...     😕🙄🤔 😁😁😁  ) et atypique mais qui nous offre de belles choses a voir 

au plaisir de continuer admirer tes productions 

Link to comment
Share on other sites

Merci de nous en avoir dit plus sur toi et ta passion des objectifs soviétiques . Je consulte tes propositions avec un grand intérêt comme je te l'ai déjà dit et je suis admiratif devant tant d'ingéniosité pour faire revivre tous ces vieux cailloux et surtout d'en faire dériver certains de leur vocation d'origine .

J'espère que nous allons profiter longtemps de tes expériences car en plus bien que tu t'en défendes tu es un artiste de la photo .

Merci pour tous ces partages de ta passion !

Link to comment
Share on other sites

Même si tu es plus accès sur la technique, tu nous offres de superbes bokehs que je trouve plein de poésie, comme quoi... rien n'est incompatible.

Continue de nous enchanter avec tes bokehs de dingues et tes belles lumières naturelles !

Link to comment
Share on other sites


Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Add a comment...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


×
×
  • Create New...