Jump to content

Macro et profondeur


Recommended Posts

Quand ils créent une image composite à partir d’une série de prises régulièrement décalées, les programmes de focus stacking actuels peuvent faire une cartographie de la profondeur. Alors pourquoi ne pas s’en servir pour ajouter par exemple un effet de brume ou un flou progressif ?

J’ai essayé. Après quelques tâtonnements, voila ce que cela donne avec une scutigère toute desséchée trouvée sous un meuble, pourtant pas folichonne avec poussières et pattes qui manquent :

fp001.jpg.a5b106efb06a2e8e377a4dad05e2f8c1.jpg

(full HD > ici <)

Apparemment, ça marche. Je montrerai donc ici d'autres essais en ce sens, des fois que ça en intéresse certains...

Link to comment
Share on other sites

 
 
Il y a 2 heures, Ernst a dit :

les programmes de focus stacking actuels peuvent faire une cartographie de la profondeur. Alors pourquoi ne pas s’en servir pour ajouter par exemple un effet de brume ou un flou progressif ?

 

peut être par ce que la profondeur de champ le fait naturellement . et que le focus stacking  est plutôt fait pour l'enlever . 

non ? 

la bête est vilaine . mais c'est tout de même une belle réalisation .

Link to comment
Share on other sites

 

Content de te voir par ici @Ernst  et de retrouver quelques une de tes bêbêtes. :) C'est avec cette photo et ton verbe que je viens de me rendre compte que l'on se connait ^^

Impressionnant de détails en HD. Entre @PierreK et toi, il est bien possible que je teste le focus stacking, je trouve les résultats impressionnants. Il t'a fallu combien de photos pour réaliser cela ? La bestiole fait quelle taille ?

 

Edited by Perceval
Link to comment
Share on other sites

 

Impressionnante par ses détails cette photographie. 

C'est très bien réalisé, bravo. 

Link to comment
Share on other sites

 
 

Bon, on va être plusieurs pour jouer à empiler les images... Une chouette entrée en matière.
Effectivement, sur une bestiole de cette taille et avec ce rapport, il faudrait plusieurs centaines d'images pour l'avoir nette en entier. C'est donc une bonne solution que de limiter la profondeur du stack. J'aime bien, dans ces cas-là, rajouter au bout de la pile une image avec l'objo "vissé à fond". Comme elle ne sera là que pour rajouter du flou, on se fiche éperdument des questions de diffraction, n'est-ce pas ?

Link to comment
Share on other sites

 
 
Il y a 7 heures, Jaf84 a dit :

peut être par ce que la profondeur de champ le fait naturellement . et que le focus stacking  est plutôt fait pour l'enlever . 

non ? 

Je ne sais pas, j’essaie des trucs.

Tiens, par exemple certains cinéastes utilisent une fumée en intérieur pour accentuer les premiers plans. À haute dose ça fait artificiel, mais avec parcimonie ça marche plutôt bien, et je me suis donc demandé ce que ça pouvait donner en macro.

Link to comment
Share on other sites

 
Il y a 5 heures, Perceval a dit :

Entre @PierreK et toi, il est bien possible que je teste le focus stacking, je trouve les résultats impressionnants. Il t'a fallu combien de photos pour réaliser cela ? La bestiole fait quelle taille ?

Ici il y a 72 photos. La taille je ne sais plus, au pif je dirais entre six et huit centimètres ? Je ne sais plus, parce que pour mes essais j’utilise des séries déjà faites qui traînent sur mon disque dur, et là c’était l’année dernière.

Ceci dit, si tu veux t’y mettre pourquoi pas, mais faut quand même du temps et de l’équipement, genre objectif macro, pied, éclairage, programmes – après les cibles ça se trouve un peu partout...

Link to comment
Share on other sites

 

C'est quand même un sacré boulot ! 

Link to comment
Share on other sites

 
Il y a 4 heures, PierreK a dit :

C'est donc une bonne solution que de limiter la profondeur du stack. J'aime bien, dans ces cas-là, rajouter au bout de la pile une image avec l'objo "vissé à fond". Comme elle ne sera là que pour rajouter du flou, on se fiche éperdument des questions de diffraction, n'est-ce pas ?

Oui, c'est vrai, et avec un diaphragme on peut le faire, mais avec les objectifs de microscope ce n’est plus possible, la transition entre le net et le flou est carrément brutale. Exemple avec un 4x et une saltique en pleine méditation post mortem :

fp003.jpg.41fd34ae33c33cea6c56b12cc5126792.jpg

(full HD > ici <)

Je me suis arrêté en plein céphalothorax, eh bien ni la patte arrière ni l'abdomen, trop bizarre...

Link to comment
Share on other sites

 

De la belle ouvrage que ce stack d'araignée. Si je peux me permettre, j'aurais vu deux approches différentes pour minimiser le problème. Tout d'abord, un changement d'axe pour la prise de vue. Davantage de face, la tête de la saltique aurait largement caché l'arrière du corps et minimisé le problème. Par ailleurs, un fond plus sombre faciliterait peut-être aussi les choses. J'aime bien utiliser un papier Kraft froissé ou une photo de nature découpée dans une revue.

Quelle combinaison matériel / logiciel utilises-tu pour tes stackings ? Tu parlais d'objectif de microscope... LEDs ou flash ? Stackshot ou rail maison ?

Link to comment
Share on other sites

 
Il y a 8 heures, PierreK a dit :

Si je peux me permettre, j'aurais vu deux approches différentes pour minimiser le problème. Tout d'abord, un changement d'axe pour la prise de vue. Davantage de face, la tête de la saltique aurait largement caché l'arrière du corps et minimisé le problème. Par ailleurs, un fond plus sombre faciliterait peut-être aussi les choses.

Là je ne m’en servais que pour illustrer la rupture entre la zone nette et la zone floue, mon propos n’était pas vraiment de montrer un résultat autonome, mais tu as raison, si on veut améliorer ses résultats, faut pas avoir peur de varier les orientations, les fonds et les éclairages.

Link to comment
Share on other sites

 
Il y a 8 heures, PierreK a dit :

Quelle combinaison matériel / logiciel utilises-tu pour tes stackings ? Tu parlais d'objectif de microscope... LEDs ou flash ? Stackshot ou rail maison ?

L'appareil c'est un µ4/3, au début c'était un Lumix G3 et aujourd'hui j'ai un G7. L'objectif c'est le Lumix 100~300 mm avec bonnette, une Raynox DCR-150 ou 250 voire la MSN-202 c'est selon. L'ensemble permet une mise au point interne et un éclairage continu, pour des grossissement de 1x à 2x.

Je suis également passé au tube et à l'objectif de microscope, et comme la mise au point est alors fixe, j'utilise pour la cible un rail maison et un éclairage au flash, avec des grossissement de 4x à 10x...

Quant aux logiciels, j'utilise Zerene Stacker et Photoshop, et surtout pas mal de tâtonnements pour obtenir des résultats satisfaisants.

Link to comment
Share on other sites

 

Comme à chaque fois que j’expérimente quelque chose, je vais d’enthousiasmes en déconvenues.

Exemple avec une Dysderida quelque chose, un machin sympathique capable de percer les carapaces :

fp005.jpg.cf16f41c380ff202d42e8cdba509f4ea.jpg

(full HD > ici <)

Ce qui me plaît, c’est de pouvoir obtenir à peu près ce que je souhaite avec l’arrière plan, c’est de pouvoir également bricoler le calque de profondeur pour garder les yeux nets, déjà qu’il n’y en a que six.

Ce qui me plait moins, c’est le premier plan. Comme je me sers de la z map pour atténuer les contrastes et les flouter quand ils s’éloignent, faudrait que je puisse aussi avoir un flou progressif sur les pattes antérieures et les pédipalpes. Or cela, ce n’était pas du tout prévu à la prise de vue puisque j'ai commencé directement sur les crochets, honte à moi.

Conclusion ? Méthode qui gagne à être anticipée.

Link to comment
Share on other sites

 

Cette dernière araignée me plaît beaucoup. Évidemment, il aurait été sympa de prendre un peu de recul pour avoir les pattes antérieures et les pédipalpes nettes elles aussi.
Quelques défauts de stacking (la glue en dessous des crocs) auraient mérité une retouche directement dans Zerene. Et puis, dans Photoshop, une petite traque aux fils et aux pétouilles.

Vu le niveau de  ce que présentes là, ce serait vraiment dommage de ne pas aller jusqu'au bout d'une démarche qualité. :)

Link to comment
Share on other sites

 
 
Il y a 11 heures, PierreK a dit :

Quelques défauts de stacking (la glue en dessous des crocs) auraient mérité une retouche directement dans Zerene. Et puis, dans Photoshop, une petite traque aux fils et aux pétouilles.

Vu le niveau de  ce que présentes là, ce serait vraiment dommage de ne pas aller jusqu'au bout d'une démarche qualité. :)

Oui, c’est vrai. Je suis en train d’expérimenter la z map et rien d’autre, donc je ne m’attache pas à l’image finale, je regarde uniquement la progression dont je parle, et paf, la tête dans le guidon j’en oublie l'essentiel...

Link to comment
Share on other sites

 
  • 2 weeks later...

La suite de mes essais concernant la gestion de la profondeur en macro. Cette semaine c’était cette coccinelle toute petite et bien morte :

fp011.jpg.91a4ea176a48fba103a73605f1559dd3.jpg

(full HD > ici <)

Elle fait moins de quatre millimètres, et on y trouve à la fois les poussières de son environnement et des poussières que les manipulations apportent. Après réflexion j’ai décidé de la laisser sur le dos dans l’état – et pas seulement par paresse. Je me dis qu’effectivement, la mettre à l’endroit c’est lui donner une position habituelle au vivant, et que le repli des pattes ou la saleté y seraient donc incongrus, alors que sur le dos c’est un cadavre avec les vicissitudes qui l’accompagnent, voilà tout.

Bref, j’atténue en saturation et en netteté les plans les plus éloignés, et en y allant doux,  je trouve que la méthode ne marche ne marche pas si mal que ça.

 

Link to comment
Share on other sites

 
Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

×
  • Create New...